« Fendre l’armure », de Anna Gavalda

Résumé :

On me demande d’écrire quelques mots pour présenter mon nouveau livre aux libraires et aux critiques et, comme à chaque fois, ce sont ces quelques mots qui sont les plus difficiles à trouver. Je pourrais dire que c’est un recueil de nouvelles, que ce sont des histoires, qu’il y en a sept en tout et qu’elles commencent toutes à la première personne du singulier mais je ne le vois pas ainsi. Pour moi, ce ne sont pas des histoires et encore moins des personnages, ce sont des gens. De vrais gens. Pardon, de vraies gens.

   C’est une faute que j’avais laissée dans mon manuscrit, « la vraie vie des vrais gens », avant que Camille Cazaubon, la fée du Dilettante, ne me corrige : l’adjectif placé immédiatement avant ce nom se met au féminin. Quelles gens ? Certaines gens. De bonnes gens.

  Cette règle apprise, je suis allée rechercher tous mes « gens » pour vérifier que tous s’accordaient bien et j’ai réalisé que c’était l’un des mots qui comptait le plus grand nombre d’occurrences. Il y a beaucoup de « gens » dans ce nouveau livre qui ne parle que de solitude.

  Il y a Ludmila, il y a Paul, il y a Jean (!) et les autres n’ont pas de nom. Ils disent simplement « je ». Presque tous parlent dans la nuit, pendant la nuit, et à un moment de leur vie où ils ne différencient plus très bien la nuit du jour justement.

  Ils parlent pour essayer d’y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l’armure. Tous n’y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m’a émue. C’est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu’ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens et c’est eux que je vous confie aujourd’hui. (A.G.).

 

Genre : nouvelle

Éditeur : Le Dilettante 

Date de sortie : 17 mai 2017

Nombre de pages : 284

Prix : 17 euros

 

Mon avis : 

Ce nouveau livre de Anna Gavalda, je n’en avais -très honnêtement- pas entendu parler. Je connais l’auteure car j’ai déjà lu deux de ses romans, que j’avais apprécié et qui m’avaient plutôt touchée. C’est en me promenant par pur hasard dans la librairie « Cosmopolite », à Angoulême que j’ai vu que l’auteure était en dédicace. Alors j’ai attendue qu’elle arrive, pris son dernier roman et je l’ai fait dédicacé en ayant pas lu le résumé de ce dernier, en même temps, en fournir un n’a jamais été dans les habitudes de l’auteure. J’ai passé un moment très agréable en sa compagnie, c’était la première fois que je la rencontrait. Elle a prit le temps de parler avec moi, de tout et de rien, dont de mon blog, a dessiné et écrit merveilleusement bien sur le livre, comme vous pouvez le voir, juste en dessous :

J’ai donc acheté ce roman, sans résumé, sans avoir aucune idée de quoi il parlait. Ça offre une part de mystère au livre, qui n’est pas si désagréable que ça. A ma grande surprise, l’auteure a choisi de revenir vers des nouvelles. C’est pas forcément ce que je préfère, car on a pas le temps de s’accrocher aux personnages, de comprendre les situations dans lesquelles ils se trouvent et manquent du coup d’envergure. Les nouvelles dans ce livre, sont bien trop courtes à mon goût, même si oui, je sais, c’est le but des nouvelles, il y en a 7 pour un nombre de pages de 284, ce qui fait que les nouvelles sont très courtes. A la page 72, on en est déjà à la 3ème nouvelle ! Cette dernière d’ailleurs m’a touchée, elle est plus sombre et tellement réelle. La dernière nouvelle du livre est un peu un classique de Anna Gavalda, on retrouve totalement son style dans celle-ci et ça fait du bien de retrouver l’auteure dans ce qu’elle fait le mieux. A chaque fois avec elle, on se retrouve face à des purs moments de vie, des réalités retranscrites  dans un seul livre, et au final on a la larme au coin de l’œil, le sourire aussi et surtout, le cœur qui bat fort. Elle a, comme Guillaume Musso, cette façon d’écrire, de parler de la vie en général, qui fait réfléchir quand on termine notre lecture. Elle narre avec délicatesse et simplicité des moments du quotidien, en nous offrant des personnages très différents, avec des aspects et caractères propres à chacun. Il y  beaucoup d’humanité je trouve dans la plume de Anna Gavalda, de sensibilité qui se termine en belles histoires et leçons de vie.

« Les femmes ont moins peur de la mort. Est-ce que c’est parce qu’elles la donnent, la vie, justement ? Je ne sais pas. Tout ce que je dis sonne affreusement cliché mais je ne vois pas d’autre explication. »

Ce que j’apprécie dans ce livre, c’est l’emploi systématique de la 1ère personne, ce que j’apprécie d’autant plus dans les nouvelles, ça évite de perdre le fil et d’être assez rapidement perdu. Ça offre aussi une proximité avec les personnages qu’on a pas forcément le temps d’avoir dans ce type de texte.

Les personnages, il y en a trop pour en parler vraiment, comme je le disais plus haut, je n’ai pas eu le temps de m’accrocher à eux, ça passe trop vite, leur vie est détaillée en quelques lignes et ce n’est pas suffisant pour se faire une vraie opinion d’eux. Mon préféré je peux quand même le dire, c’est le premier, c’est Ludmila et Jean aussi. Les autres ne m’ont pas forcément marquée, même si leurs histoires étaient intéressantes. Ce que je trouve dommage dans « fendre l’armure », en revanche, c’est que les histoires, les personnages n’ont absolument aucun lien entre eux, aucun fil rouge. Leurs histoires ne se croimasent à aucun moment et ça nous donne donc parfois des moments sans queue ni tête.

« C’est un monde et comme dans tous les mondes, il y a des cons et des gens bien. Et en plus, je l’avoue volontiers, j’ai croisé plein de gens très bien dans ce monde-là, vraiment très bien, des gens sincères, beaux. »

Pour terminer sur ce livre de nouvelles, je dirai que ça a été une jolie découverte malgré les quelques petits points faibles liés au type de texte, que je n’affectionne pas forcément. J’ai pris plaisir à lire, je suis passée par plusieurs émotions et ça m’a confirmé que j’aimais toujours autant cette auteure de talent, même si je ne vais pas cacher que pour moi, ce n’est pas son meilleur ouvrage. Ça reste agréable, rafraîchissant à lire et je vous le conseille si vous voulez passer un bon moment.

Dites-moi si vous avez lu ce livre, ou d’autres de cette auteure, je serai ravie d’en parler avec vous en commentaires !

NOTE : 7/10 

A très vite,

Sans titre

 

10 commentaires

  1. C’est toujours sympa d’acheter un livre sur un coup de tête surtout lorsque tu peux avoir une petite dédicace de l’auteur! Je sais que comme toi, je ne suis pas fan de nouvelles pour toutes les raisons que tu viens de citer.

    1. Oui c’est top ça laisse place à la surprise. Et la elle était de taille c’est une nouvelle ^^ C’est pas un style très apprécié :/

  2. J’ai fini de le lire cette semaine et ma critique devrait arriver lundi prochain ! J’ai vraiment aimé ce livre, même si comme toi, les nouvelles c’est pas trop pour moi à la base. J’avais adoré Ensemble c’est tout, et après j’avais été assez déçue par le reste de ses livres. Ici, j’avais l’impression de la retrouver.

    1. Oh j’ai hâte de lire ton avis alors !! 🙂 Ouais les nouvelles c’est pas top je trouve.. mais tu as raison on l’a retrouvée et dans l’ensemble je l’ai trouvé très bon. Ensemble c’est tout est mon préféré d’elle !

      1. C’est tout à fait ça, il était juste ! Elle trouve toujours le moyen de faire passer des messages qui font réfléchir, j’aime ça chez elle !

  3. J’ai adoré ce recueil ! J’ai adoré chacune des nouvelles, j’ai ri & j’ai pleuré… Oui j’aime beaucoup Anna Gavalda effectivement ! 🙂
    J’aimerais beaucoup la rencontrer aussi (même si je crois que je serai incapable de lui dire quelque chose de constructif ^^’)

    1. C’est très très intimidant en tout cas de se retrouver face à elle, je n’ai pas su trop quoi dire non plus je t’avoue ! C’est un auteure que j’aime vraiment beaucoup aussi ! Elle a le don dans tous ses romans le moyen de nous faire ressentir tellement de choses…

Laisser un commentaire