« Love & Gelato », de Jenna Evans Welch

12 février 2019 0 Par elleagetseschroniques

Avant de mourir, la mère de Lina lui a demandé d’aller en Italie pour faire la connaissance de son père. Mais pourquoi ne lui a-t-elle jamais parlé de lui ? A peine arrivée, Lina n’a qu’une envie : rentrer le plus vite possible aux Etats-Unis. Puis elle rencontre Ren, un garçon de son âge, qui lui sert de guide, et elle se laisse peu à peu séduire par ce pays. Lina entreprend alors de lire le journal que sa mère tenait à l’époque où elle vivait à Florence et s’aperçoit que sa vie renfermait bien des secrets. En suivant ses traces, elle découvre une vérité bouleversante.

Genre : romance

Edition : Page turner (Bayard)

Date de sortie : 13/06/2018

Nombre de pages : 399

Prix : 15,90€


Il y a un moment maintenant que je ne m’étais pas plongée autant dans une lecture au point de lire un livre de 400 pages en une journée. Puis, j’ai décidé de sortir « Love & Gelato » de ma PAL où il prenait un peu la poussière depuis l’été de sa sortie. J’avais laissé un peu ce roman de côté car au moment de sa sortie, il avait fait bien trop de bruit, autant positivement que négativement. J’avais besoin d’une lecture légère et j’ai fait un excellent choix en ouvrant cette romance, qui a été non pas un coup de cœur, mais une très bonne lecture.

***

« Love & Gelato » est une lecture qui m’a un peu surprise. J’avais envie d’une lecture légère après avoir lu le formidable « The wicked king » et ce roman est arrivé à point nommé. J’avoue que je ne m’attendais pas à autant apprécier. J’avais un peu peur que ce soit trop Young Adult, mais au final, même si l’histoire paraît assez « bateau » au premier abord, c’est une vraie réussite. Au final, je l’ai lu en une journée, ce qui est assez révélateur sur mon avis.

« Une vie sans amour, c’est une année sans été. »

C’est un quête identitaire et j’ai été assez surprise par la tournure que prend rapidement l’histoire. Je pense que la plume de l’auteure y est pour beaucoup, car elle est très légère, fluide et super addictive en fait. Avec ce roman, on ne peut s’empêcher de tourner les pages, on veut toujours en savoir plus autant sur la mère de Lina que sur Lina elle-même. Au début, j’ai vraiment eu peur que l’histoire tourne autour des histoires de cœur de Lina, mais pas du tout, c’est plus poussé, plus profond et j’en suis vraiment contente.

Ce roman est rafraîchissant car il est dépaysant, on voyage en lisant et on est toujours en découverte de tout. On découvre autant les personnages que l’Italie avec ce roman est c’est super intéressant du coup. L’auteure à su en faire une lecture légère et non dramatique, malgré le cadre tragique.

Ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est la découverte de Florence et de la culture Italienne, qui moi me fascine depuis toujours. Ça me rend peut-être très peu objective… Etre embarquée avec Lina et Ren dans leurs aventures m’a ravie au plus haut point. On ressent vraiment l’attachement de l’auteure pour ce pays et on sent qu’elle a découvert de ses yeux les lieux où elle nous embarque. Je suis vraiment contente que l’auteure ait choisi ce cadre pour son histoire.

« J’ai compris pourquoi on dit « tomber amoureux ». Parce que quand ça t’arrive, c’est exactement la sensation que tu éprouves : une chute vertigineuse. Et quoi que tu fasses, tu dégringoles en espérant que quelqu’un sera là pour te rattraper au vol, sinon tu finiras en mille morceaux. »

Ce qui est un point positif aussi, c’est le fait que l’on découvre en même temps que Lina le passé de sa mère à l’époque où elle se trouvait en Italie. Il y a un côté très intimiste et touchant qui m’a plu. Petit à petit on découvre des bribes de vie, des rencontres, des sentiments forts, des déceptions et des surprises. On est aussi surpris que Lina par moments et ça nous montre aussi la maturité de ce personnage.

J’ai vraiment adoré le personnage de Lina. Elle est pétillante, drôle et malgré son âge, j’ai pu facilement m’identifier à elle et surtout me mettre à sa place. J’ai apprécié qu’on l’a voit brisée et qu’elle ait du mal à traverser sa phase de deuil. Tout ce côté manque de sa mère la rend très humaine en fait. On se rend compte à quel point c’est difficile pour une ado de son âge la perte de quelqu’un et surtout, il y a toute une phase de reconstruction personnelle que l’auteure à très bien exploitée.

« Florence est le cadre idéal pour tomber amoureuse. en toute logique, c’est le pire endroit du monde pour un cœur brisé. »

Si je devais donner un point négatif, je dirais que c’est les personnages secondaires qui, je trouve, ne sont pas assez exploités. A part Ren (qui même lui aurait dû être un peu plus travaillé), les autres sont fades et ne servent pas à grand chose malheureusement. J’ai l’impression qu’ils étaient plus là pour combler et c’est bien dommage !

Ce roman est d’une grande tendresse, on voyage, on rit, on pleure, c’est en fait un condensé de sentiments différents qui rendent le tout excellent. C’est un roman vivant où l’auteure aborde le deuil, la reconstruction personnelle, la quête identitaire, le premier amour et surtout l’importance de la famille. C’est un livre léger à lire pour passer un agréable moment sans se prendre la tête. Il est écrit intelligemment et fait voyager en douceur.

NOTE : 9/10


Et vous, vous avez lu ce roman ? Dites-moi tout en commentaires !

A très vite,

Gaelle